Le Grand Plan d’Investissement de 57 milliards dévoilé et des annonces concrètes pour la commissions des affaires sociales

Le Premier Ministre a dévoilé ce matin le détail du Grand Plan d’Investissement du gouvernement 2018-2022, qui s’élèvera à 57 milliards d’euros sur la durée du quinquennat.

 

Dans ce cadre, il a fait plusieurs annonces concernant plus particulièrement le champ de la commission des affaires sociales.

Ainsi, 15 milliards d’euros seront consacrés à « édifier une société de compétences », afin notamment d’améliorer l’accès à l’emploi.

 

Pour apporter une réponse concrète au chômage des moins qualifiés, le Grand Plan d’Investissement formera 2 millions de personnes peu qualifiées et les accompagnera vers l’emploi. Il financera la formation de :

–          1 million de personnes au chômage de plus de 25 ans, avec des formations longues, qualifiantes, à l’écoute des besoins des personnes et des recruteurs ;

–          1 million de jeunes décrocheurs.

 

Le Grand Plan d’Investissement financera également des expérimentations dans l’éducation nationale et accompagnera les transformations du premier cycle universitaire, afin d’améliorer la formation initiale des jeunes, leur orientation au lycée comme à l’université et leur insertion professionnelle.

 

Le gouvernement souhaite également transformer notre système de santé et de sécurité sociale, pour intégrer les nouvelles technologies, répondre aux enjeux du territoire et trouver un équilibre financier. Le Grand Plan d’Investissement mobilisera 4,9 milliards d’euros pour accélérer la numérisation du système de santé et de cohésion sociale, pour développer les maisons de santé dans les territoires en manque de médecins, pour moderniser les équipements hospitaliers et pour soutenir la recherche médicale.

 

Deux exemples d’actions sur lesquelles les fonds seront fléchés :

 

–          Numériser les hôpitaux et leur environnement : il s’agit d’accélérer la transformation numérique des établissements de santé pour rapprocher les hôpitaux de leurs patients. Les patients bénéficieront ainsi de services numériques comme la prise de rendez-vous et le paiement en ligne, de services en ligne de préadmission ou d’information sur l’hospitalisation de leurs proches, l’utilisation d’un dossier médical personnel universel etc. L’ambition est également d’accélérer les liens entre l’hôpital et les professionnels de santé de ville : les services proposés faciliteront le partage d’informations sur leurs patients hospitalisés. Enfin, l’objectif est d’assurer l’harmonisation numérique des hôpitaux sur un même territoire, pour que le patient vive avec plus de facilité le passage d’un établissement à l’autre, par exemple, et bénéficie du même niveau de services. Un programme doté de 420 millions d’euros prendra la suite du programme Hôpital numérique pour mettre en œuvre ces nouvelles ambitions ;

 

–          Accompagner le déploiement de la télémédecine, afin de renforcer la présence médicale dans les territoires, notamment dans les territoires ruraux et dans les territoires ultramarins, où l’organisation de téléconsultations permettra de faciliter l’accès aux soins. Le Grand Plan d’Investissement soutiendra l’investissement dans les équipements numériques nécessaires, par exemple pour des consultations à distance ou des possibilités de paiement et de lecture de carte Vitale à distance. 50 millions d’euros y seront destinés.